AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Libre ou emprisonné, les agrumes c'est bon pour la santé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MESSAGES : 25
INSCRIPTION : 28/09/2015
PSEUDO : Eden-Meridya
AVATAR : Ralph Fiennes
ALLÉGEANCE : Montaigu
OCCUPATION : Légat de légion
avatar
Coriolan Montaigu
Message(#) Sujet: Libre ou emprisonné, les agrumes c'est bon pour la santé Ven 13 Nov - 16:52

Amertume. C’était ce qu’il ruminait depuis quelques jours, peut-être même davantage. En y pensant bien (mais le voulait-il seulement ?) il était possible qu’il ait commencé à la ressentir dès l’instant où il avait cédé à sa mère et à la MacBeth. La trahison de leur précédente alliance au profit de ceux qui jusqu’à présent avaient porté le mépris des siens ne lui plaisait en réalité que très peu, voire pas du tout. S’il avait accepté, c’était uniquement parce qu’il voulait le bien de sa parenté, et que celle-ci, en la personne de Véturia, l’avait demandé… et peut-être également parce qu’Andromaque était aussi terriblement convaincante quand elle avait vraiment quelque chose en tête. Si les Montaigus pouvaient y gagner, pouvaient bénéficier de la chute des Helsingor alors… ne devait-il pas privilégier avant tout les siens, et pas un quelconque pacte ? Oui, mais voilà, briser sa parole, alors qu’il mettait un point d’honneur à toujours s’y tenir, c’était comme lui demander de s’enfermer dans un bureau ou de couper sa main d’épée. Oui, il se sentait terriblement amer, terriblement vexé de ce qu’il avait été littéralement contraint de perpétrer… Et il lui en voulait également. Pas à Andromaque, il ne pouvait pas lui en vouloir de penser aux bénéfices qu’un tel forfait à sa propre famille apporterait, elle n’était pas tenue de penser aux Montaigus, elle… lui l’était. Mais Véturia… elle l’avait encouragé, alors même qu’elle savait parfaitement qu’au fond, il ne pourrait jamais adhérer à une telle traitrise caractérisée. Il lui en voulait. Et dieu seul savait qu’il pouvait se montrer rancunier. Et pour une fois ? Qu’il lui doive tant ne l’empêchait pas d’intérieurement gronder.

« Laissez-moi passer »

Un ordre sans discussion, un ordre qu’il ne verrait pas ignoré. Et quels gardes issus de ses propres rangs, forgés de sa propre main, refuseraient ? Ils le laissaient passer. Etait-ce alors seulement sa propre paranoïa, sa propre perception alors biaisée qui soufflait que quelque chose, entre eux, être brisé, par ses actes soufflé ? Si c’était le cas, il était alors incapable de le discerner. Pourtant le sentiment était là, viscéral et rampant, le taraudant sans qu’il ne l’avoue jamais. Il ne le pourrait. La faiblesse n’était pas quelque chose qu’il pouvait s’octroyer. Mais en un sens, n’avait-il pas été, effectivement, faible, d’accepter ? Parfaitement, faible il était. Il n’avait jamais été faible auparavant, ne s’était jamais sentit faible comme il le pouvait, en cet instant, quoi que du pur droit de la conservation des siens il soit couronné. Mais cette prise de pouvoir se serait-elle effectuée, s’il avait refusé ? Ils ne le sauraient jamais, quoi qu’il puisse sérieusement en douter. S’arrêtant devant la cellule, manque d’égard en attendant sans doute une quelconque… mais pouvait-on attendre des Macbeth la moindre courtoisie, réellement ? Les siens laisseraient certainement leurs prisonniers en de pareils clapiers, puisque c’était là le sort des aliénés. Son regard d’argile se gorgeant de clair obscure, il resta là sans rien dire pendant un long moment. Il resta là, à l’observer, ce roi d’airain tombé, abattu et dans le dos poignardé. Il l’avait délogé, lui et son frère, en personne, à peine une consolation, que de ne pas tomber par la main d’un soldat anonyme, mais de la sienne, seule courtoisie qu’il pouvait leur offrir en l’instant…

En attendant… quoi ? Retourner sa veste, encore ? Il ne le pouvait… Quoi ? Quoi ? Qu’attendait-il ? Pourquoi venir ? Quelle question… Même lui ne le savait. Sans doute pour satisfaire un quelconque regret, une quelconque compulsion spontanée et de regrets lacée, ou non. Aucun son, aucune parole, forme de salutation ou même d’excuses, parce qu’il refusait de s’y conformer, parce que ce serait sans aucun doute l’insulter. Et c’était loin d’être ce qu’il désirait. Alors finalement il s’approchait, à la grille presque accolé. Froncement de sourcils, prunelles caressant l’ensemble de la geôle, puis sur lui, à nouveau, se posaient. Il n’était pas aussi brisé qu’il l’avait pensé… mais sans doute l’occasion se présenterait, ça ne faisait que quelques jours que la dynastie était tombée. « Claudius » Sa voix comme un couperet, comme une cangue, glacée… Non il n’y arrivait pas, et un bref instant détesté, il le blâma pour ce qui leur arrivait, avant de se reprendre, d’intérieurement se maudire et se secouer. « C’est finis » Les pillages, les incendies, le tumulte, la poussière, tout retombait, à présent, lentement… comme la cendre sur une terre brûlée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Libre ou emprisonné, les agrumes c'est bon pour la santé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le québec libre!!!
» Base de Torcy - nage en eau libre
» Libre navigation avec la Savoie [abrogé]
» Les RPG en libre téléchargement
» Libre antenne samedi 25 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA NUIT DES ROIS :: ROME CHAROGNE :: CAPITOLE :: Donjon Macbeth-