AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 24/07/2015
PSEUDO : Elorin
AVATAR : Katie McGrath
ALLÉGEANCE : Macbeth
avatar
Andromaque Macbeth
Message(#) Sujet: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Sam 25 Juil - 12:22

ANDROMAQUE MACBETH
Oh direst cruelty ! make thick my blood
NOM : Macbeth jusqu'au bout des ongles, quelle autre famille aurait tant fait écho à son âme et ses cauchemars ? PRÉNOM(S) :Andromaque, celle qui combat les hommes, celle qui combat le monde et fait mourir les hommes pour elle et son sourire : voilà qui serait plus exacte. Andromaque, prénom de reine et d'épouse, mais peut-être pas comme on l'imagine.  ÂGE : 33 ans OCCUPATION : I'm a witch, bitch. Sorcière, en apprentissage, en devenir : voilà la parure officielle bien que l'apprentissage ne soit qu'un qualificatif, l'innocence, derrière lequel le serpent se cache; Andromaque est une sorcière prête à tout pour gagner son pouvoir et que rien ne révulse, chaque sourire cachant une offre faisant écho à vos demandes les plus ineffables. ALLÉGEANCE : Macbeth, dévouée, loyale à la Lady; allégeance nominative évidemment, elle n'est loyale qu'au poste qu'elle convoite dans le noir de son âme : bien sûr qu'elle voue allégeance à sa (glorieuse) personne. NATIONALITÉ ET ORIGINES : Née dans les catacombes et l'hummus de Rome RANG SOCIAL : Future parqueORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle; de femme elle n'a besoin que d'elle même et les hommes sont si jolis et utiles, comment s'en passer ? STATUT CIVIL : Mariée jusqu'à ce la mort les sépare TRAITS DE CARACTÈRES : Ambitieuse, diva caractérielle , têtue, opportuniste, fragile, névrosée, somnambule, fière, hautaine, secrète, manipulatrice, instable, impatiente, romantique, paranoïaque, indépendante, vive, tactile, spirituelle, courageuse, perfectionniste, assidue, attentionnée, passionnée, sarcastique, rusée GROUPE : Ad vitam aeternam


(UN)  "Andromaque est terre à terre pour une Macbeth " "Andromaque est la plus superstitieuse des Macbeths" oui et non. Andromaque se joue des supersistitions de sa famille, elle rit au nez de la plupart des croyances des Macbeths. Comment croire au diable quand on est sa femme, son alter-ego, lui-même ? Elle se drape dans leurs rituels et s'en sert à son usage, sachant distiller la crainte en refusant de l'éprouver.  Miroirs, chats noirs, sel, ail... Crédulités d'enfants. Le Destin elle le fait et le dirige. Elle le foule aux pieds, le tient en laisse : alors forcément, quand il lui échappe et lui fait un doigt d'honneur, elle panique. Sur ses propres superstitions, elle est intraitable; une obsession de voir ses mains pâles et soignées, propres comme la conscience d'un Lear, une maniaquerie dans ses visions, sur lesquelles elle croit dur comme fer, fûssent-elles réelles visions ou délires d'insomnies.  (DEUX) Elle veut être reine, mais n'est qu'une princesse. Son époux la gâte, et ce n'est pas pour lui déplaire. Au contraire. Certains chuchotent que derrière sa détermination et assurance, elle reste une enfant, une enfant gâtée qui ne survivrait pas dans la Rome sauvage. C'est vrai qu'elle aime les bijoux dont la couvre Malvolio, que ce qui brille attire son regard, les étoffes, vêtements, inventions, ce qui est rare et précieux, ce qui l'amuse et suscite son rire véritable. (TROIS) Andromaque adore son clan et en est fière : ce n'est pas pourtant qu'elle n'est pas prête à se retourner contre sa famille. Le sang est souillure, il n'unit que lorsqu'il est versé de concert par plusieurs personnes, pas lorsqu'il coule dans les veines. Après tout, si l'on suit la logique du sang, elle est condamnée à la quatrième place, elle ne sera jamais ce qu'elle pense être, jamais assez. Oui, elle a beaucoup d'affection pour ses nièces, de la tendresse même pour les pauvres vestales qui subissent les épreuves pour rentrer dans les rangs. Oui, elle méprise et hait les Parques, les parents, les aînés et les supérieurs de toutes les fibres de son âme.Malvolio est plus important que les Macbeth, dont certains sont de sombres crétins consanguins dont elle rirait de voir le bûcher. Elle est plus importante. Si vous lui êtes utiles, si votre mérite trouve grâce à ces yeux, le sang n'a plus d'importance.(QUATRE) Plus effrayée par le noir qu'elle ne l'avoue – étrange pour une sorcière née dans les catacombes, mais son enfance lui a laissé des cicatrices dans l'âme. Elle préfererait mourir que de l'avouer, et préfère foncer tête la première dans l'obscurité, embrasser ses démons, saisir à bras le corps les monstres pour piétiner les cadavres . Elle brave ses peurs, les piétine, refuse la faiblesse. La seule chose qu'elle ne parvienne pas à dompter, c'est la peur de dormir seule, dans le noir. Par bonheur, les bras de son époux ne sont jamais loin : mais fut-il absent, elle refusera de passer la nuit transie d'effroi  à écouter les sarabandes de l'obscurité ; toutes lumières allumées, battre les cartes et tenter de réveiller le démon pour occuper son esprit. S'endormir pour se réveiller seule, dans les ténèbres la terrorise, lui rappelant bien des mauvais souvenirs d'enfance. (CINQ) Elle a des visions depuis la puberté ; le futur, le passé, le présent. Tout se mélange, la rendant parfois folle. Les drogues qu'elle consomme depuis lors n'ont pas amélioré son état d'esprit, la rendant particulèrement instable et ont complètement saboté son sommeil; elle se réveille souvent en hurlant, comme prise dans les griffes d'un cauchemar parfaitement horrible : un passé qui la hante ou qui mériterait d'hanter son possesseur, un présent semblable aux enfers, un futur né dans le sang.  Pourquoi, jamais ses dons ne promettent-ils fleurs, enfants et rires ? Si elle est brillante pour ces visions, qu'elle garde souvent pour elle - ou la personne à manipuler avec -  elle n'est guère spécialisée dans les malédictions ou potions, drogues que certains Macbeth affectionnent et distillent comme du venin. Par contre oui, elle en consomme. On dit qu'elle peut communiquer avec les morts, ça oui, mais l'idée suscite toujours son rire, faux, creux. Sans réponse. Hanté.  (SIX) Elle fait cependant régulièrement semblant de lire dans les cartes ou les astres, s'improvisant ( après tant d'années d'apprentissage ) batteleuse sur commande. Elle n'hésite pas à marchander ses visions, faire chanter ceux dont elle entrevoit les péchés et le passé, voire à prêcher le faux pour savoir le vrai, mentir pour créer un destin sur mesure. (SEPT) Souriante, charmante, charmeuse et séductrice : parfois, on a l'impression de nombre de promesses dans ses sourires. Mais il y a toujours du venin, une haute distance dans ses affections : croire qu'on pourrait l'avoir, qu'elle voudrait vraiment vous séduire, c'est se jeter au bûcher, votre hybris vous jetant dans la gueule du couple Macbeth. Andromaque est fidèle, loyale, dévouée à son époux, folle amoureuse de lui. Un couple bien noir, certainement, mais un couple uni, bien plus encore.  (HUIT) Elle déteste se salir les mains, elle a horreur de la vue du sang. Mais dans le même temps, le sang la fascine, surtout s'il coule chez les autres, s'il tâche les autres. Comme tout chez Andromaque. Elle méprise les hommes, mais elle les admire en même temps, folle de son époux. Elle rit devant les bas quartiers, drapées dans sa noblesse, mais ne peut s'empêcher d'y traîner. Le feu, la nuit la terrifient mais pourtant elle y est toujours entraînée. Elle méprise la faiblesse, parce qu'elle a peur d'être encore une enfant, une vestale terrifiée, suppliant : alors pour exorciser ses propres démons elle les invoque, les piétine et les cache bien au chaud dans les placards. Cela ne l'empêche pas de ressentir de la pitié pour toutes ses petites âmes et corps piétinés par la route des Ides, de Rome, des Macbeths. Mais cela ne fera pas trembler son pas, malgré la hauteur de ses talons.  (NEUF)  Les drogues, l'alcool, l'encens, tout cela passe à présent sur elle, effets ternis par l'habitude et l'excès ; l'ivresse et la joie lui semblent corrompues, tandis que la mort a pris place dans son corps. Elle déteste tout ce qu'elle a du subir pour en arriver là, et est prête à tout pour gouverner Rome, amener sa famille au sommet, si possible en écartant ceux qui lui font de l'ombre . Elle aime pourtant le vin, rouge, et le consomme souvent lorsqu'elle s'accorde une soirée à la Cour des Miracles; si sa tête tourne c'est d'une migraine, réccurentes, fulgurantes, c'est d'une prochaine crise ou du manque de sommeil n on pas de l'alcool. Elle cherche desespéremment ce qui pourra remplacer les joies et débauches innocentes qu'elle voit chaque jour à la Cour des Miracles. Chez les autres.  Indice : le sang; le pouvoir; l'ambition.  (DIX)  Elle déteste rien de plus qu'un esprit étriqué : elle veut le monde, elle imagine le monde. Malvolio voit la réalité, la vérité, elle la dramatique, la rend tragique. Elle cherche un sens à ses visions, à ses bouts de cauchemars épars qui lui volent ses nuits et s'accroche à un idéalisme dévoyé, au sommet duquel elle place son époux. (ONZE) Il y avait un homme; chargé de la surveiller, rapporter, provoquer ses visions. Celui qui plus jeune à meurtrir son dos de ses cicatrices, se moquait de ses terreurs, l'enfermait dans le noir. Mentor qui lui appris à persister, à s'entêter, s'endurcir pour réclamer sa place. Mais un soir, après son mariage, il a eu les mains baladeuses, le vice en bandoulière, son haleine avinée au creux de son oreille. Heureux contre-temps, l'époux qui vient chercher sa femme pour une réunion familiale, la normalité qui retrouve ses rails.
Mais on n'effraye pas impunément Andromaque Macbeth. Elle était sortie ce soir, là sur ses traces, sans savoir quelle folie la prenait. Elle ne voulait pas être là, pas le voir, pas marcher dans ses couloirs toujours plus noir. Elle ne voulait pas le voir reporter ses frénésies, son obsession, sur une vestale terrifiée, elle ne voulait pas voir le sang sur ses mains, la lame qui lui sert pour ses mélanges et expériences, imbibées du sang du traître. Elle voulait encore moins le voir, spectre moralisateur, transformé par la mort en mentor impénétrable, rappel du sang sur ses mains, de ce qui l'attend.

PSEUDO : Elorin PRÉNOM : Elvire  ÂGE :23 PAYS : écrire ici FRÉQUENCE DE CONNEXION : Connexion quotidienne COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : J'ai fait des insomnies *s'en va avec son jeu de mot pourrit* ACCEPTEZ-VOUS DE FAIRE MOURIR VOTRE PERSONNAGE ? : Si je me lasse du perso, autant la tuer de manière grandiose que la faire disparaître, mais de manière général non  woups PV, SCÉNARIO OU INVENTÉ ? Pv AVATAR : Katie McGrathCRÉDITS :le haut,avatar 2, avatar 1 : elorin
Something wicked this way comes
Elle est assise dans le sol de ses appartements. Le grand miroir reflète la scène inversée, maudite. Des bougies éclairent la pièce, diffusant leur douce chaleur, leur entêtante odeur. Des herbes ont brûlé, le parfum est enivrant, comme ivre. Suffoquant. Andromaque est seule, les yeux clos, revivant ses souvenirs alors que les mots passent ses lèvres comme une litanie. Appelant les fantômes de sa mémoire, pour qu'ils reviennent la hanter.

Familles, clans, morts, poitrines ouvertes, cœurs arrachés, esclaves soumis, yeux ensanglantés, anathèmes vomis par des mourants. Le sang de la honte, les hurlements des bannis, l'argent qui passe de main en mains, les rires brisés, les hurlements à s'en arracher la gorge. Pénombre, noirceur, et pourtant dans le coin de mes yeux, étincelles, du feu, des lames, des bijoux. Luit comme un soleil dans le noir la mort. Je tourne sur moi-même et les visions se mêlent, il n'y a plus que ces lumières palpitantes, le bruit du sang dans mes veines, le grincement de la roue. Lear, poing dressé, vertu en bandoulière, le coup de feu retenti, la pureté s'écroule et de la fumée des usines s'élève une nouvelle ère.

Le sang, des fleuves de sang dans lesquels je me baigne, mes cheveux sont lourds de sang.  Un homme à mes côtés, il tue, visage déformé, beau visage atroce, et sans cesse  le couteau revient dans la plaie, sous fond sonore de fusillade. Et pourtant ce sont mes mains qui rougissent de sang, sans que mon regard puisse s'en détacher.
C'était ma première vision, mon premier cauchemar. Je ne comprenais pas, j'étais effrayée.

Un mince sourire, pâle et moqueur, envers elle-même, étire ses lèvres ourlées de rouge. Elle semble fatiguée, lasse. Elle semble écouter quelqu'un et répète doucement, frappant chaque syllabe d'une manière sentencieuse, même si le souffle de sa voix est à peine audible.

Je cours dans les catacombes, poursuivie par mes démons. Lear, Helsingor, le nom suivant m'échappe alors que la vision échappe à mon souvenir, tenue à distance par la lumière pourtant cadavérique. Je le savais, je me souvenais, j'ai vu. Une vision, une prophétie mêlée d'un nouveau rêve, mais je la distance à longue foulée.

Elle se raidit, comme si elle a été insultée. Tu aurais du t'en rappeler. Ce nom, c'est le futur, notre futur. Nous saurions ce qu'il en est, quoi faire. Un plan. Nous pourrions avoir un plan et tu as échoué. Cette voix, elle l'a entendu tant de fois la sermonner. Alors elle crache en réponse, la vérité

J'ai 13 ans, je suis une vestale, plus jeune des sœurs Macbeth, Parque ratée; même pas Parque, parque manquée, née trop tard pour le Destin. Fatalité, j'écris ton nom en lettres de sang, car ils ne m'arracheront pas ce que je suis. Sorcière en devenir, lady à construire ou à détruire. Maudire, fouler au pied, dans le sein des seins, affronter les morts et les horreurs la tête haute, endurer pour perdurer.
Je suis là. Je suis là pourtant, je les entends parler, [/i] elle a un petit rire, froid, et corrige : je t'entends [/i] et je crève de les étendre à terre, morts comme ces chiens. Faible, ils me pensent faible, trouillarde, fragile, instable. Faible. Les épreuves d'esprit, de dons, l'apprentissage, ce qu'il faut apprendre, ce qu'il faut dire, comment dominer, ça je sais. Mais je manque de courage, c'est ce qu'ils disent. Je supplie trop vite. Qu'on me sorte de là, que la lumière revienne. Enfermée dans une cave, battue dans le noir, les cris des rats, mes larmes qui brûlent. Les maîtres tordent le nez, méprisent la petite dernière. Jamais à la cheville de la grande Hybris.

J'ai hurlé, bien sûr que j'ai hurlé. Première vision, première anathème, premier sang. Jetée hors du sang pour y retomber, l'effroi mouillant mes tempes de cauchemars. J'ai hurlé, j'ai fui, j'ai couru comme une folle, peinée par le monde où je suis sacrifiée, cherchant la lumière du jour.
Mes ongles pleins de terre et de sang, mes poumons sans air, mes joues sans sang. Pâle comme une morte, belle comme une Macbeth, je suis là. Je ne suis pas faible. J'ai peur. Je suis terrifiée mais la fierté me fait avancer lors des ténèbres où j'étais cachée. Je suis une Macbeth, l'une des sœurs honnies, la Parque encore frémissante, qui redresse la tête pour cracher son venin. Je suis là, je ne me déroberais pas, les pires démons sont dans mon âme, et mon rang est piédestal. Faible ? Allez vous faire foutre, je vous vois en feu, tous. Suppliants à votre tour que la torture s'arrête, mais dans mes veines il y a la brûlure de l'ambition.

Andromaque rouvre les yeux, fixe le vide devant elle, inspire profondément avant de vider sa poitrine de l'air qu'elle contient. Elle se mord la lèvre et, toujours fixant le vide : « Tu te rappelles lorsque je te l'ai promis, pour la première fois ? Lorsque je t'ai parlé de Malvolio ? »

« Il y a... Un homme. »

Bouche sèche, voix courte, brisée, alors que je papillonne des yeux à mon réveil. Désorientée, anémiée, hantée par le feu qui me parcourt. Un visage hante mes yeux, se superpose à la réalité ud monde, un homme. Il y a un homme, il est grand, puissant, son regard me transperce. Le feu, le sang, les hurlements noirs sont toujours là, omniprésents, mais ce n'est pas un cauchemar. La peur, la mort, disparus, seule compte la sérénité, la chaleur de sa voix, oublié le sang qui coule goutte à goutte de ses mains.

« Qui est-il ? »

Soudain cette voix d'homme qui me sermonne et me questionne comme si j'étais sa fille et la dernière des catins, cette voix m'irrite et fait serrer mes poings, rouvrir les plaies de mon corps et de mon âme. J'ai 18 ans, un homme reste toujours à mes côtés, prêt à sévir, prêt à écouter les mots échappés de mes cauchemars. Je crache les anathèmes plus souvent que les visions, mais dans le noir des messes et vices, éclot la furie.  Un sourire ourle mes lèvres sans que je puisse le retenir, pleine d'assurance et de funestes avenirs :

« - Le roi. Tu mourras. »

Cette phrase me remplit d'aise et d'extase, un frisson me parcourt alors que je le fixe, yeux étincelants.

- Tu as vu ma mort ? C'est une vision ?  »

Yeux écarquillés, pauvre fou, pauvre hère, ne comprend-t-il pas que les familles ne sont rien face à la fierté des Macbeth, que les hommes, que le Styx, le Phlégéthéon, le Léthé, l'Achéron, tous coulent à nos pieds, qu'en aval toujours règnent les Parques.
Richesse, sang, torture, pouvoir, à nos pieds. Vous saignez pour nous, vos âmes et vos vices nous appartiennent, dans le creux de nos paumes, les rêves fous des hommes prêts à tout risquer pour jouer avec la mort, danser avec des femmes qui la tutoient.
Il a peur. Je le comprends, j'ai eu peur. Avant. Je n'ai plus peur, j'ai vu la mort, j'ai vu les vices et le diable, je l'étreins à bras le corps. Il s'occupe de ma promesse, pas du roi, pas de l'homme qui hante mes rêves comme mes visions. Je lève le menton et murmure à son oreille :

« - Non, c'est une promesse. »


Elle éclate de rire cette fois, se relève d'un bond, mouchant les chandelles une à une . Savoure son propos, lève le menton fièrement :  «  Et tu es mort, non ? Tant d'années à veiller sur moi, à me contrôler, à me droguer, frapper, torturer. Pour finir dans la fosse commune, pire qu'un chien de Lear. » Elle s'assoit à sa coiffeuse, mais ne pose pas son regard sur son reflet, préférant regarder par-dessus son épaule :  

Je joue pensivement avec le collier d'or dont le pendant tombe entre mes seins. Sa lumière joue avec celles du casino, de notre cour, de notre royaume, sur  l'or de mon alliance, son poids entrave ma gorge autant qu'il la sertit.
J'ai l'esprit ailleurs, sur cette Lady, celle que je dois servir et aduler et dont je rêve de la gorge béante, sur ma sœur dont la puissance me fait plus envie que peur.
Fratricide. Que dit-on pour le meurtre d'une sœur ? Fratricide : les hommes se pensent toujours les paragons du vice, les meurtriers tout-puissant tandis que nous devons rester craintives dans leurs ombres. Je n'aime pas l'ombre. J'aime mes sœurs, plus que j'aime le reste de l'univers putréfié qui nous sert de royaume et de champ de bataille. Mais je me chéris plus que je ne les aime.  La servitude et la douleur ne me conviennent que lorsque je les inflige moi-même et les liens du sang s'entremêlent avec le sang des alliances et des paranoïas. J'aime les maillons du bijou sous mes doigts, les rires qui m'entourent et que je méprise. Reine souveraine, compagne du maître des lieux, je bois silencieusement, lugubre et immobile comme la mort.

Je l'ai vu. Il y a des années, je l'avais vu avant de le rencontrer. Le visage défiguré par la rage et l'ambition, les joues marbrées de sang, le regard enfiévré m'observant comme une sainte pour le relever de son crime. Il y a bien longtemps, je l'ai vu, je l'ai rêvé, meurtrier abominable. Je devrais le craindre, le haïr, mais je l'ai vu, et pourtant je l'ai aimé.
Ou peut-être à cause de ça.

Elle se trouble, se rémemore, dénouant ses cheveux, parlant dans le vide apparent de sa chambre

Un Helsingor, sang neuf offert aux amazones du diable, j'étais autorisée à l'aimer. C'était ce que mère m'a dit, alliance possible. Mais je suis forte aise madame la matriarche, comme si votre avis m'importait. Je l'ai vu, j'en suis tombée folle. Il aurait pu être un foutu Lear pour ce qu'il m'importait.. J'en avais rêvé, c'était le destin. Mon roi.
Un roi plein de surprises, qui toujours me ravit et me rappelle au monde des vivants.

« -J'ai une surprise.  »

J'étais lasse, les tempes brûlantes d'une migraine assourdissante, tentant de noyer ma douleur et mes cauchemars sous le vin lorsqu'il était venu m'emporter, me promettre monts et merveilles. Devant mes questions, il avait secoué la tête, pour m'entraîner dans son royaume. Notre royaume.  Une cour des Miracles, un monde bosselé et hideux, magnifique dans ses excès, sublime dans son horreur, refuge des âmes damnées en quête de joie.

J'aime ce monde, j'aime voir Malvolio y évoluer en seigneur, magnifique, violent, souverain, impitoyable. Les rires me contaminent, la chaleur des corps qui se débauchent vivifiant on corps, l'alcool qui coule me faisant rire avec une innocence que j'ai perdu, les vices et messes noires éveillent ma curiosité. Oh bien sûr, cela aiguise la blessure qui suppure dans mon cœur. Nous ne sommes pas à la place que nous méritons. Les Macbeth doivent s'élever, régner. En haut de la chaîne alimentaire. Le rang de Parque pulse lentement à mes yeux, attisant mon envie, mon ambition. Malvolio aimerait m'offrir un royaume, le monde : tant mieux, je veux y régner à ses côtés.

Bientôt.
Ils pensent que l'on peut réveiller les morts, les faire parler, avouer les lourds secrets confiés par les vivants, les hontes inscrites dans la chair. Chacun à quelque chose à fuir. Des péchés, des tentations, même les parfaits Lear ont quelque chose à expier, à force de se flageller les sangs. Ils savent si mal que les morts n'ont pas à être réveillés. Ils ne dorment jamais.

Elle se redresse, fière dans sa robe noire. Sublime sorcière sculptée dans la superbe hautaine, dont les joyaux forment des larmes de sang sur sa peau d'albâtre. D'une moue arrogante, elle assène au spectre qu'elle seule discerne dans l'obscurité :

« - Tu es mort. Tu es mort et je vis, et je règne, ici-bas, bientôt dans le monde. Je t'ai tué, n'est-ce pas le premier pas ? Maintenant, nous ne pourrons revenir en arrière. »

Cet homme que je vois, tâché de sang, dans le reflet de mon miroir, dans l'ombre de mon âme, je l'ai toujours eu près de moi, dès l'enfance. Toute ma vie, y compris au-delà de la sienne.
Cela ne gâche pas mon sourire, pas lorsque je pense à l'avenir qui se trace devant nous, grandiose, prouvant la grandeur de ma famille, rappelant des liens qui émeuvent la fragile que je suis parfois, ces batailles que je suis prête à livrer. Corps et âme.

Seul plane dans l'air un murmure qui la fait frissonner alors que les portes de la Cour des Miracles s'ouvrent devant elle, qu'elle cherche Malvolio, la chaleur et les rires du regard.

Au bûcher.
   

   

   

   


_________________
Come, you spirits That tend on mortal thoughts, unsex me here,And fill me from the crown to the toe top-full Of direst cruelty. Make thick my blood. Stop up the access and passage to remorse, That no compunctious visitings of nature Shake my fell purpose ! ©️Pando


Dernière édition par Andromaque Macbeth le Mer 5 Aoû - 0:53, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Sam 25 Juil - 13:02

ma chère tante I love you I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Sam 25 Juil - 13:09

QUE DE SORCIERES boude Le bucher est en préparation, toute la famille y passera muahaha
Bienvenue par ici coeur
Pas de bétises, je surveille pervers3
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 24/07/2015
PSEUDO : Elorin
AVATAR : Katie McGrath
ALLÉGEANCE : Macbeth
avatar
Andromaque Macbeth
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Sam 25 Juil - 13:29

Cass : Ma petite nièce haan On va faire de grandes choses diablo

Anni : Non mais c'est fini de vouloir crâmer les gens ! *sort le fouet* tu vas voir qui c'est qui va faire des bêtises diablo pervers3

_________________
Come, you spirits That tend on mortal thoughts, unsex me here,And fill me from the crown to the toe top-full Of direst cruelty. Make thick my blood. Stop up the access and passage to remorse, That no compunctious visitings of nature Shake my fell purpose ! ©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 63
INSCRIPTION : 24/07/2015
PSEUDO : .heavencanwait
AVATAR : M. Fassbender
ALLÉGEANCE : MACBETH (STYX)
OCCUPATION : Satisfaire sa femme et gérer les comptes du Styx
avatar
Malvolio Macbeth
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Sam 25 Juil - 14:22

Ô ma douce amie, femme sorcière de mes jours, reine de mes humeurs et de mes songes, j'ai hâte de lire ta fiche et de CRAMER TOUS CEUX QUI S'OPPOSENT A NOUS *sort*

_________________
UC.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MESSAGES : 142
INSCRIPTION : 23/07/2015
AVATAR : Travis Fimmel.
ALLÉGEANCE : Ceux qui paieront le mieux.
OCCUPATION : Combattant, revendeur de dopes.
avatar
Orphée Santi
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Sam 25 Juil - 15:13

/apporte le bois et l'essence fuckit love

_________________
This is my least favorite life, who floats far above earth and stone. The nights that I twist on the rack, is the time that I feel most at home. We're wandering in the shade.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MESSAGES : 425
INSCRIPTION : 23/07/2015
PSEUDO : NUIT BLANCHE
AVATAR : MADS MIKKELSEN
ALLÉGEANCE : HELSINGOR
OCCUPATION : LORD OF WAR
avatar
Claudius Helsingor
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Sam 25 Juil - 19:44

Ohlala trop de badass attitude déjà. Je t'attends pour quelques anathèmes *-*

_________________
ET LUX FUIT
©️ okinnel


CLAUDIEU:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Mar 28 Juil - 13:50

Ksss, ksss. Une Macbeth. Au bûcher perv
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Mar 28 Juil - 16:13

@Orphée Santi a écrit:
/apporte le bois et l'essence fuckit love

/fournit les guimauves et les saucisses.  BG


Excellent choix de personnage, cela va sans dire. Tu suppures la classe totale. Hâte d'en lire davantage.
Bienvenue, courage quant à la rédaction ! huhu02
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 24/07/2015
PSEUDO : Elorin
AVATAR : Katie McGrath
ALLÉGEANCE : Macbeth
avatar
Andromaque Macbeth
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Mer 29 Juil - 13:32

... Non mais à force de vouloir crâmer les gens, il va vous arriver des bricoles les enfants pff couic
*chope une guimauve et l'enfourne, bouche pleine mais classe quand même* Merchi à vous pff love

Malvolio : Aaaaah *soupir rêveur* Oui c'est avec ce genre de promesses que j'ai été séduite diablo luv

_________________
Come, you spirits That tend on mortal thoughts, unsex me here,And fill me from the crown to the toe top-full Of direst cruelty. Make thick my blood. Stop up the access and passage to remorse, That no compunctious visitings of nature Shake my fell purpose ! ©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Mer 29 Juil - 14:14

*prépare les instruments de torture pour la sorcière* Si tu coules pas on te tue, et si tu coules, bah tant pis pour toi pff

Mais bienvenue quand-même, hérétique flammes
Revenir en haut Aller en bas

MESSAGES : 425
INSCRIPTION : 23/07/2015
PSEUDO : NUIT BLANCHE
AVATAR : MADS MIKKELSEN
ALLÉGEANCE : HELSINGOR
OCCUPATION : LORD OF WAR
avatar
Claudius Helsingor
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Sam 1 Aoû - 1:21

Délai supplémentaire : 1 semaine héhéhé

_________________
ET LUX FUIT
©️ okinnel


CLAUDIEU:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 24/07/2015
PSEUDO : Elorin
AVATAR : Katie McGrath
ALLÉGEANCE : Macbeth
avatar
Andromaque Macbeth
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Mar 4 Aoû - 22:48

*va mettre ses brassards et chope les instruments de torture*

C'est mon tour, pauvre vierge naïve pff diablo

Merci coeur

_________________
Come, you spirits That tend on mortal thoughts, unsex me here,And fill me from the crown to the toe top-full Of direst cruelty. Make thick my blood. Stop up the access and passage to remorse, That no compunctious visitings of nature Shake my fell purpose ! ©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MESSAGES : 425
INSCRIPTION : 23/07/2015
PSEUDO : NUIT BLANCHE
AVATAR : MADS MIKKELSEN
ALLÉGEANCE : HELSINGOR
OCCUPATION : LORD OF WAR
avatar
Claudius Helsingor
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Mer 5 Aoû - 0:48

BIENVENUE EN ENFER
« Venez, esprits qui assistez les pensées meurtrières ! Du crâne au talon, remplissez-moi de toute la plus atroce cruauté ! »

Ô toi l’invaincu, le prince déchu ou la princesse aux doigts tachés de sang. Rome est à toi. Tu as passé les portes du purgatoire, te voilà donc en Enfer, félicitations brave guerrier ou gente dame.

Un bonheur à l'état brut cette fiche ! Tu intègres parfaitement la future Lady dans son royaume sous-terrain, ambitieuse jusqu'à la moelle. Avec Malvovo, vous allez nous faire des bébés des poneys magiques des licornes arc-en-ciel des complots maléfiques adorables HIII En tout cas bravo, ta plume est un pur plaisir, Andro est certes mégalo et à enfermer dans l'asile le plus proche, mais tu as dépassé toutes mes espérances pour ce personnage, chapeau bas milady. Maintenant, à toi le BÛCHER HEHEHEHEHE Twisted Evil diablo flammes

Tu peux désormais former des pactes avec les autres démons présents sur nos terres, en postant une FICHE DE LIENS. Demander de folles aventures, comploter et manigancer pour prendre le pouvoir en demandant un rp. Si l'envie d'un compagnon infernal se fait trop pressante, il te faudra passer par les SCÉNARII ; n'oublie pas que tu es condamné(e) à n'en faire que deux. Pense à vérifier si nous n'avons pas oublié ton beau faciès dans un placard en passant par les BOTTINS.

Maintenant que le pacte est signé de ton sang, ton âme nous appartient, pour leurrer d'autres innocents dans nos affreux filets, pense à passer régulièrement sur BAZZART et vote pour nous sur les TOP, merci nous t'en serons gré.

Sur ce amuse-toi bien, au plaisir de te revoir dans les limbes, et tâche de rester en vie.


_________________
ET LUX FUIT
©️ okinnel


CLAUDIEU:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 63
INSCRIPTION : 24/07/2015
PSEUDO : .heavencanwait
AVATAR : M. Fassbender
ALLÉGEANCE : MACBETH (STYX)
OCCUPATION : Satisfaire sa femme et gérer les comptes du Styx
avatar
Malvolio Macbeth
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Mer 5 Aoû - 11:19

PERSONNE NE LA COLLE AU BUCHER. CETTE FICHE ROXX DU TONNERRE DE DIEU ET SI CETTE FEMME N'ETAIT PAS DEJA MA FEMME, JE L'EPOUSERAIS SUR LE CHAMP. HIII Cunnilingus triso muahaha bave please lick KYAH love fangirl amourrr yahou

_________________
UC.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MESSAGES : 425
INSCRIPTION : 23/07/2015
PSEUDO : NUIT BLANCHE
AVATAR : MADS MIKKELSEN
ALLÉGEANCE : HELSINGOR
OCCUPATION : LORD OF WAR
avatar
Claudius Helsingor
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth Mer 5 Aoû - 11:20

MALVOVO espèce de fanboy xDDD

_________________
ET LUX FUIT
©️ okinnel


CLAUDIEU:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Message(#) Sujet: Re: Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth

Revenir en haut Aller en bas
 

Where shall we meet again ? | Andromaque Macbeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» So, nice to meet you finally. -Cudy&Julian-
» L'ELLOWYNE WILDE COMPANY LOVES MISERY DE LILLIROSETTE
» Présentation KiK
» PLAID TO MEET YOU est arrivée chez Léonie (nouvelle tenue )
» [LIBRE] Go and get some shellfishes ! You can meet someone...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA NUIT DES ROIS :: SONGE D'UNE NUIT D'ETE :: Identités assassines :: Ad victoriam-